Résistance aux antimicrobiens


Reconnue par l’OMS et l’WOAH comme l’une des 10 principales menaces mondiales pour la santé, la crise de la résistance accrue des micro-organismes a un impact significatif sur la vie humaine, animale et le développement économique à l’échelle mondiale.


La mauvaise utilisation et la surutilisation des antimicrobiens sont les principales raisons du développement de pathogènes résistants aux médicaments. La résistance aux antimicrobiens est une préoccupation majeure dans la chaîne alimentaire car des organismes résistants ont été identifiés à tous les niveaux, des producteurs primaires aux consommateurs primaires. Malheureusement, on ne sait pas dans quelle mesure l’utilisation d’agents antimicrobiens en agriculture contribue à l’émergence de pathogènes résistants aux médicaments, en particulier ceux qui provoquent des infections chez l’homme.


Ces pathogènes résistants aux médicaments menacent notre capacité à traiter les infections courantes qui ne sont pas traitables avec des antibiotiques. De nouveaux antimicrobiens sont nécessaires de toute urgence, car les États-Unis se dirigent vers une “ère post-antibiotique”.


En agriculture, des agents antimicrobiens sont utilisés de manière sous-thérapeutique pour maintenir la santé et le bien-être des animaux, et de manière thérapeutique pour traiter les maladies. Les vétérinaires jouent un rôle de premier plan dans la préservation de l’efficacité des antibiotiques pour les animaux et les humains. En travaillant avec les propriétaires d’animaux et les producteurs, les vétérinaires peuvent ralentir la résistance aux antibiotiques en mettant en place des stratégies de prévention des maladies et en réduisant l’utilisation d’antibiotiques, tout en garantissant des soins médicaux de haute qualité pour les patients animaux.


The role of STOR-Remesa


Promouvoir une utilisation prudente des antimicrobiens chez les animaux, encourager la collecte de données sur l’utilisation des antimicrobiens vétérinaires dans les pays de REMESA, et fournir des recommandations scientifiques sur l’utilisation d’antimicrobiens spécifiques chez les animaux.


Mettre en œuvre de meilleures pratiques pour l’élevage, la vaccination, la nutrition et la biosécurité des animaux, et éduquer les personnes qui travaillent avec les animaux sur la prévention des maladies.


Renforcer et encourager la collecte de données sur l’expérience à long terme des partenaires africains. Des projets sur ce sujet seront les bienvenus pour une validation en laboratoire et “in vitro” à l’avenir.