L’impact du changement climatique sur les maladies à transmission vectorielle et la santé marine

La communauté scientifique est désormais unanime à pointer du doigt les activités humaines comme responsables de la crise climatique, due notamment à l’accumulation de gaz à effet de serre dans l’atmosphère terrestre. À ce jour, la crise climatique représente l’une des principales menaces pour la santé des humains, des animaux et des écosystèmes ; en effet, le taux de réchauffement global enregistré ces dernières décennies est sans précédent.

Changement climatique et ses effets sur la Méditerranée

Il est désormais bien connu que certaines zones de la planète sont particulièrement affectées par le changement climatique ; la mer Méditerranée en fait partie, caractérisée par des températures moyennes élevées et une prédisposition à l’accumulation de contaminants environnementaux. Les changements climatiques entraînent des modifications des températures atmosphériques et de la surface de la mer, affectant la capacité de charge des écosystèmes.

L’essor des maladies à transmission vectorielle

L’augmentation des températures moyennes mondiales a entraîné une augmentation significative de la propagation des maladies à transmission vectorielle (MTV), maladies qui peuvent être transmises aux humains et aux animaux par l’action des insectes arthropodes. Ces dernières décennies, les maladies à transmission vectorielle ont émergé dans des zones où elles n’étaient pas présentes auparavant, posant de nouvelles menaces pour la santé humaine et animale.

Globalisation et propagation des maladies infectieuses

En plus du changement climatique, les changements sociaux et économiques dus à la globalisation ouvrent de nouvelles voies de propagation des maladies infectieuses, constituant une menace sérieuse pour la santé humaine, animale et environnementale dans une perspective Une Seule Santé.

Importance de la surveillance entomologique en Italie

Ces dernières années en Italie, de nouvelles espèces de moustiques exotiques envahissants ont été introduites, incluant le moustique tigre (Aedes albopictus) et le moustique coréen (Aedes koreicus). La surveillance entomologique permet un contrôle efficace des maladies transmises par les vecteurs arthropodes, soulignant l’importance d’étudier les populations présentes dans la région et de mettre en œuvre des mesures de prévention et de contrôle.

Surveillance des mammifères marins

La surveillance des mammifères marins qui s’échouent le long des côtes italiennes est cruciale. L’augmentation de la température moyenne de la surface de la mer a favorisé la survie des microorganismes pathogènes, augmentant le risque que les espèces marines contractent des infections causées par des pathogènes émergents. Les cétacés sont devenus des animaux sentinelles de la mer et des indicateurs de son état de santé.

L’approche Une Seule Santé

Le concept de Une Seule Santé, qui met en avant le lien indissoluble entre la santé humaine, animale et environnementale, est d’une importance fondamentale. L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont signé un accord novateur pour renforcer la coopération dans une approche plus intégrée et coordonnée.

Un nouveau schéma de gestion dans le contrôle des maladies

La collaboration entre les professionnels travaillant dans les domaines médical, vétérinaire et environnemental sera essentielle pour les activités de prévention dans la lutte contre les zoonoses émergentes et réémergentes. Cela représente un nouveau schéma de gestion dans le contrôle de la propagation des maladies, contribuant à rendre l’organisation du système de santé efficace et durable.

Author

Laisser un commentaire